Actualités de la rédaction

Le mensonge, une vertu ?

Peut-être qu’à l’instar de beaucoup de Français, vous avez une opinion sur la classe politique partagée entre amertume et consternation. Comme pour l’illustrer, le mouvement dit des « gilets jaunes » est devenu, au fil des semaines, en quelque sorte, la partie émergée de « l’iceberg » des rancœurs et des contestations en tout genre. Mais tout cela n’est-il pas le bien nommé « mal français », produit d’une insatisfaction bien ancrée, érigée en perpétuelle revendication ?

Vu de loin, ce brouhaha politico médiatique rend la plupart des gens hermétiques au discours politique. On a l’impression qu’on ne « parle » plus la même langue, que l’on est dans une confusion « babeloniène ». Mais même dans ce grand « mélange », ce que l’on distingue a parfois encore quelque accent de vérité.

Cela étant, lors d’un récent remaniement ministériel, le nouveau porte-parole du gouvernement — Sibeth Ndiaye — défrayait la chronique par des déclarations qui en disent long sur la manière dont elle envisageait sa nouvelle fonction.

« J’assume parfaitement de mentir pour protéger le président »

Après avoir dans un premier temps nié ces propos, ceux-ci ont été confirmés. Certes, on sait bien que les personnalités politiques ne brillent pas toujours en disant la vérité, en public comme en privé. Mais dans ce cas précis, il y a comme une fierté revendiquée de mentir par « loyauté » envers le président. Voilà une « vertu nouvelle » qui va faire plaisir aux Français. Pas certain que le nouveau porte-parole trouve à présent une oreille attentive.

Peut-être pensez-vous qu’il s’agissait là d’un cas isolé de « vertu ». Et bien non ! Un député LREM (Patrick Vignal) renchérissait avec la même verve : « On va être très clair : s’il faut dire la vérité aux Français, ça veut dire 10 ans de sang et de larmes » et encore : « Vous voulez que je vous parle de dossiers importants ? Vous voulez que je vous parle des dossiers de terrorisme ? Vous voulez dire la vérité aux gens sur ça ? Vous voulez dire sur le chômage aux gens ? » et de conclure :… l’important aujourd’hui est de « donner une vision d’espérance aussi aux Français ».

En d’autres termes, la « vérité » n’est pas toujours bonne à dire et « mentir » devient une nécessité si l’on veut communiquer une vision d’espérance aux Français. Là encore, la « vertu » du mensonge est présentée comme de nature à donner aux Français une véritable vision d’espérance. Je doute fort que cela se confirme.

J’espère que d’autres ne vont pas emboiter le pas à ces deux figures politiques pour nous enfumer par un discours mensonger. Car il n’y a rien de plus faux que de délivrer un tel message ou le mensonge serait preuve de loyauté et signe d’espérance.

Le message de l’Évangile annonce au contraire un diagnostic sans concession. Le cœur de l’homme est malade du péché et il n’y a pas d’autre remède que le sang versé du Messie Yéchoua’ pour le guérir. Dans l’environnement actuel, il semble difficile d’imaginer une telle solution. Et pourtant ! Il n’existe pas d’autre issue à l’impasse dans laquelle l’homme s’est engagé.

À choisir entre la vérité et le mensonge, pour ma part, je choisis encore la vérité. Cette dernière a le mérite (entre autres choses) d’enraciner les relations, tandis que le mensonge divise et conduit à la ruine. Il est certain que ceux qui se glorifient de leurs mensonges frappent aux portes de la mort.

Psaume 12. 2-5

Sauve-nous, Éternel, car il n’y a plus d’hommes loyaux ! Les fidèles disparaissent du milieu des hommes. On se dit des mensonges les uns aux autres, on a sur les lèvres des paroles flatteuses, on parle avec un cœur double. 

Que l’Éternel extermine toutes les lèvres flatteuses, la langue qui parle avec arrogance, ceux qui disent : « Nous sommes forts par notre langue, nous avons nos lèvres avec nous. Qui pourrait devenir notre maître ? »

N’hésitez pas à laisser vos commentaires et partager nos publications.

Accord pour la conservation de mes données.
Oui, je donne mon accord.
Non, merci de ne pas les garder.

En conformité avec la RGPD (européenne), nous vous informons que les données personnelles que vous nous communiquez sont à l’usage exclusif du Berger d’Israël afin de pouvoir vous informer de toutes nos activités. Elles ne seront partagées avec aucun tiers.
À tout moment, vous pouvez nous joindre, avoir accès à vos données personnelles et, le cas échéant, nous demander de les effacer.