Voyage en Israël 2020

POUR UN VOYAGE DIFFERENT EN ISRAËL, TERRE BIBLIQUE ET ETAT MODERNE

Du jeudi 29 octobre au jeudi 5 novembre 2020

Immersion dans l’histoire et la géographie biblique, ponctuée de visites et rencontres qui illustrent “Israël aujourd’hui”.

La lecture de la Parole de Dieu ne sera plus la même après cette semaine d’exploration.

1er jour : Jeudi 29 octobre : VOL DE PARIS VERS ISRAËL – Accueil et transfert vers votre lieu de résidence au Kibboutz Parod (Galilée). Dîner et nuit.

2e  jour : Vendredi 30 octobre : CESARÉE DE PHILIPPE – MONT DES BÉATITUDES – TABGHA – CAPHARNAÜM –   CROISIÈRE SUR LE LAC DE TIBÉRIADE

Route vers Césarée de Philippe situé au pied du mont Hermon, sur le plateau du Golan dans la réserve naturelle de Banyas.
Ce fut en chemin vers la ville de Césarée de Philippe que Jésus demanda à ses disciples : « Au dire des gens, qui suis-je » ? Et Simon Pierre de répondre avec la conviction que lui donnait le Saint-Esprit : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant. Jésus, reprenant la parole, lui dit : … Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église ».

Visite de la réserve naturelle qui entoure la rivière de Banyas.Poursuite vers le « triangle évangélique », la région nord du lac de Tibériade ou la mer de Galilée. Jésus a « officiellement » commencé son ministère public en enseignant, notamment dans la synagogue de Capharnaüm. De cette ville, Jésus parcourait la région au nord du lac de Tibériade, depuis les alentours de Capharnaüm à l’est, Magdala et Tabgha à l’ouest et le Mt Béatitudes au nord. Dans cette région, qui ne fait guère qu’une dizaine de kilomètres sur cinq, Jésus a exercé l’essentiel de son ministère. Ce secteur géographique est aujourd’hui désigné comme « le triangle évangélique », berceau de l’Évangile et théâtre principal des miracles et discours de Jésus.

Le Mont des Béatitudes est, selon la tradition, le lieu où Jésus a prêché le Sermon sur la montagneBéatitudes provient du mot latin « Beati » – bénis – terme qui marque le début de chacun des versets (du moins en latin) et qui a formé le mot qui désigne la montagne aujourd’hui. Cela étant, les « béatitudes » sont en réalité une manière ancienne parmi les Juifs de décrire le contexte de l’ère messianique qui était attendu et les signes qui le marqueraient. Jésus ajoutera au texte traditionnel connu de ses contemporains deux signes qui le désigneront clairement comme étant le Messie.« Heureux êtes-vous lorsqu’on vous insulte, qu’on vous persécute et qu’on répand faussement sur vous toutes sortes de méchancetés, à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez transportés d’allégresse, parce que votre récompense est grande dans les cieux ; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés. » Matthieu 5.12-12.

Tabgha, qui provient du mot grec Heptapegon, signifie « le lieu des sept sources ». Dans cet espace de petites collines et de verdure, se déroule le miracle de la multiplication des pains et des poissons.

« Ils lui dirent, nous n’avons ici que cinq pains et deux poissons… Tous mangèrent et furent rassasiés ». Matthieu 14. 1-20.

L’église sur ce site est une réplique exacte de la basilique construite au IVe siècle pour commémorer le miracle de la multiplication des pains et des poissons.  Le sol en mosaïque dispose d’un des motifs les plus célèbres et les plus anciens connus dans l’art chrétien dans le pays : la corbeille de pains entourée de deux poissons. Ce motif deviendra un symbole de la Terre Sainte.

Le site de Capharnaüm (en hébreu le mot signifie « village de consolation ») s’étend sur la rive nord du lac de Tibériade. Le site est fréquemment mentionné dans les Évangiles. C’’est de là que sont originaires plusieurs des disciples qui étaient par ailleurs des pêcheurs professionnels. Jésus s’y établira plus longuement et de là il parcourra toute la région de Galilée.

Vestiges de synagogues et d’églises. Le principal édifice est une superbe synagogue en calcaire clair érigée au IVe siècle de l’ère chrétienne. Découverte des ruines de la maison supposée être de l’apôtre Pierre. Visite des ruines de la maison « Domus Ecclesia » qui nous donne un aperçu d’un des plus anciens lieux de culte dans le monde chrétien. Visite de l’antique synagogue dans laquelle Jésus prêcha et où il y guérit l’esclave du centurion.

Traversée du lac de Tibériade en bateau (durée 45 mn à 1 h). Long de 21 km et large de 12 km, le lac marque assurément les esprits. On se souviendra que sur ces eaux Jésus a marché en rejoignant ses disciples dans la barque. Une autre fois, il apaisa la tempête qui menaçait de naufrage la frêle embarcation des disciples. Sur ses rives, Jésus prononça de nombreux discours et partagea un diner après la résurrection. Dîner et nuit au kibboutz Parod (Galilée)

3e jour : samedi 31 octobre : CANA – VILLAGE DE NAZARETH – MEGUIDDO – ARAD

DirectionCana, village en Basse Galilée, situé dans la partie nord de Nazareth, identifié comme la Cana galiléenne où, d’après les Évangiles, Jésus a accompli son premier miracle : la transformation de l’eau en vin.  « Tel fut, à Cana en Galilée, le premier des miracles que fit Jésus. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui ». Jean 2.12.

Puis le village de Nazareth – le « village de Nazareth » est un écomusée, une reconstitution de la vie biblique au premier siècle après Jésus-Christ. Parcourant les allées et les chemins, vous croiserez des villageois vêtus dans leurs habits tels qu’ils étaient au premier siècle et vacant à leurs occupations. Vous découvrirez des oliviers centenaires. Dans cet environnement singulier, les chèvres et les moutons ajoutent une note d’authenticité au portrait vivant de ce village.

L’une des caractéristiques du site est le pressoir à raisin, creusé dans la roche et datant du premier siècle. Gravissant la colline, longeant les terrasses, les « voyageurs » découvriront les techniques agricoles et l’artisanat d’il y a deux mille ans. Dans ce cadre exceptionnel, l’histoire de la vie de Jésus résonne autrement.

Tel Megiddo est une ancienne ville biblique connue pour son histoire. Cela étant, elle est surtout connue des lecteurs de la Bible pour son rôle dans les temps de la fin, tels que rapportés par l’apôtre Jean (Apocalypse 16.16). C’est sous son nom grec que Jean la désigne – Armageddon, la montagne de Megiddo. Il s’agit du lieu où les rois de la terre se rassembleront pour la grande et dernière bataille contre le Messie. Du tertre, on peut se faire une idée de l’espace qui accueillera cet événement grandiose.

Par ailleurs, nous visiterons les secteurs royaux abritant les palais, les autels, les écuries, les quartiers administratif et résidentiels. Dîner et nuit à Arad – Hôtel Inbar.

4e jour – dimanche 1er novembre : KIBBOUTZ SDE BOKER – EIN OVDAT

Nous voilà en direction du kibboutz Sdé Boker, là où vécut David Ben Gourion, l’un des fondateurs et Premier ministre au moment de la création de l’État d’Israël. Ce lieu symbolise la vision de Ben Gourion qui rêvait de fertiliser le désert et de le peupler. Nous visiterons le kibboutz et nous rendrons sur sa tombe, de laquelle nous est offert un superbe panorama sur la rivière Nakhal Tsin.

Lors de la visite de Sdé Boker, il nous sera possible de découvrir l’histoire, la philosophie et le concept des kibboutzim. 

Tout proche, nous poursuivrons avec le Parc National Ein Ovdat à travers son sentier balisé : Chute d’eau, canyon, cascades et gorges au programme. Des échelles sont aménagées dans la roche pour suivre le sentier sans danger.

Dîner et nuit à Arad – Hôtel Inbar.

5e jour – lundi 2 novembre : MASSADA – BAIGNADE A LA MER MORTE – JÉRUSALEM

Route vers Massada, sanctuaire d’héroïsme et symbole de la résistance juive contre l’occupant romain. Massada, forteresse imprenable, surplombe la rive sud de la mer Morte. Elle fut choisie par le roi Hérode le Grand au 1er siècle avant J.C. pour y situer un palais et une forteresse isolés. Un siècle après, au moment de « La Grande Révolte » Juive contre les Romains, la forteresse fut un lieu de repli stratégique pour les rebelles juifs. Pour éviter la capture et l’esclavage, ils préfèreront se donner la mort. La chute tragique de Massada marque la fin du royaume de Judée et de la période du Second Temple.

Ascension et descente en téléphérique. Nous ferons le tour des palais nord et ouest d’Hérode, ses entrepôts, la chambre des « sorts », la synagogue, les bains romains, les citernes d’eaux et l’église byzantine.

Baignade dans la mer Morte. La mer Morte est le point le plus bas du globe à 417 mètres sous le niveau de la mer. Sa surface est de 810 km2, mais diminue chaque année par l’évaporation importante. Elle constitue un site incontournable, non seulement en raison de son importance dans la Bible, mais aussi pour ses sites naturels et ses paysages uniques.

La mer Morte est aujourd’hui également connue pour ses produits cosmétiques et ses bienfaits thérapeutiques, notamment pour le traitement de diverses maladies de peau. Riches en minéraux, les eaux de la mer Morte sont réputées pour soigner le psoriasis et les rhumatismes.

Route vers Jérusalem. Dîner et nuit à Jérusalem.

6e jour – mardi 3 novembre : YAD VASHEM – CITE DE DAVID – MONT SION – TOMBEAU DE DAVID – LE CENACLE – QUARTIER JUIF DE JÉRUSALEM : LE CARDO, LE MUR DES LAMENTATIONS

Parcourir les fouilles archéologiques de la Cité de David, c’est découvrir les vestiges de ce qui fut pendant environ cinq siècles la capitale religieuse et nationale de la dynastie de la Maison de David. En parcourant ces vestiges, on a l’impression de revivre les événements que nous raconte la Bible : David sur sa terrasse qui regarde Bethsabée, Yoav qui prend la ville par un tunnel souterrain creusé à l’époque cananéenne, le couronnement de Salomon sur la source Guihon, la destruction de Jérusalem par Nabuchodonosor et sa reconstruction par Ezra et Néhémie qui reviennent de l’exil en Babylonie.

Enfin, le parcours nous conduira jusqu’au Bassin de Siloé, entouré d’arbres fruitiers de toutes sortes, abondamment alimentés en eau, ce qui a valu à ces vergers le nom de « jardin royal« .

En ce temps-là, Jésus lui dit : « Va, et lave-toi au réservoir de Siloé ». Il y alla, se lava, et s’en retourna voyant clair… » Jean 9.7.  

Au-delà des pierres poussiéreuses, nous imaginerons ce qu’ont pu être les monuments, les chemins, les bruits de la ville de Jérusalem à des époques où il n’y avait ni voitures, ni électricité et où le temps s’écoulait à un autre rythme que de nos jours.

Nous imaginerons les pèlerins venant des quatre coins d’Israël, et même de plus loin, chantant les cantiques de David et approchant de la capitale, le lieu où ensemble ils adoreront le Dieu d’Israël lors des fêtes de Pessa’h, Chavouoth et Souccoth.

Nous imaginerons Jésus, au milieu de la foule : « Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, debout, s’écria : Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive ! Celui qui met sa foi en moi, – comme dit l’Écriture – des fleuves d’eau vive couleront de son sein ». Jean 7.37.

Musée de Yad Vashem, Mémorial en souvenir des victimes juives de la Shoah perpétrée par les Nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. « Et je leur donnerai dans ma maison et dans mes murs un mémorial (Yad) et un nom (Shem) qui ne seront pas effacés » Isaïe 56.5. Moment de recueillement.

Puis, la visite du Musée d’Israël. Nous explorerons la maquette de Jérusalem à l’époque du Second Temple, avant que la grande révolte juive contre les Romains n’éclate, entraînant la destruction de la ville et du Temple. La maquette reconstitue la topographie et le caractère architectural de la ville tels qu’ils étaient au début du 1er siècle, à l’époque de Jésus.

Nous irons ensuite au Mur des Lamentations. Pour les juifs, c’est le lieu sacré le plus important. Il est le vestige de l’esplanade du Temple construit à l’époque de Salomon et agrandi par la suite par Hérode. 
Le Temple fut totalement détruit en l’an 70 et il ne reste aujourd’hui de visible que les pierres de soutènement du mur occidental. Pour les Juifs, il est l’endroit le plus proche du lieu Très-Saint du Temple.Les Juifs ne sont pas autorisés à monter sur l’esplanade du Temple pour y prier. Cet espace est actuellement géré par le Waqf (administration musulmane et jordanienne).

Pour les chrétiens, le Mur des lamentations n’a pas la même résonnance que pour les Juifs. Cependant, les évangiles y relatent de nombreux épisodes de la vie du Christ : présentation de Jésus, Jésus enseignant au Temple, les vendeurs du Temple, la femme adultère, les apôtres au Temple. Pour les Juifs disciples et apôtres de Jésus, le Temple demeurait un lieu incontournable de rencontre et d’adoration.

Poursuite vers le quartier juif. L’histoire du quartier juif, tel qu’il est aujourd’hui, commence à l’époque du souverain ottoman Sulaiman le Magnifique (16e siècle). La communauté juive vient s’établir dans le sud de la ville, un espace alors relativement vide et disponible, à côté du quartier arménien. C’est dans un contexte de « cohabitation » avec les musulmans et les chrétiens que se construisent les quartiers, notamment celui attribué aux Juifs. Ses limites n’ont guère bougé depuis. Dîner et nuit à Jérusalem.

Nous irons ensuite au Mont Sion qui fait référence au symbole de la ville de Jérusalem. Pour beaucoup de chrétiens, ce secteur de la ville est aujourd’hui un lieu de pèlerinage où se sont déroulés des événements marquants des Évangiles, notamment le lavement des pieds et la Cène lors du dernier repas de la Pâque avec les disciples. Visite du tombeau du Roi David et de la salle gothique du Cénacle, lieu de mémoire de la Cène et de la Pentecôte, devenue la première église chrétienne nommée « Église des Apôtres ».

7e jour – mercredi 4 novembre : SUR LES PAS DE JÉSUS À JÉRUSALEM – MONT DES OLIVIERS – LE « CERCLE DES TOMBES » – DOMINUS FLEVIT – GETHSÉMANE – LE JARDIN DE LA TOMBE – LE MUSEE D’ISRAËL – LA KNESST / LA MENORAH

La Sanctuaire du Livre occupe une place spéciale dans le musée. Le sanctuaire prend la forme d’un dôme immaculé, couvrant une structure placée aux deux tiers dans le sol et qui regroupe des manuscrits anciens parmi lesquels les célèbres Rouleaux de la Mer Morte trouvés à Qumran en 1947.

La Knesset et la Ménorah. Face à la Knesset – le Parlement israélien – se dresse un imposant chandelier à sept branches (Ménorah en hébreu). Pour le peuple juif, il est symbole de lumière, de foi et d’espérance. Aujourd’hui, la ménorah est aussi l’emblème de l’État d’Israël, car, comme l’étoile de David, la ménorah est un symbole de l’identité juive.

Visite de la Knesset. La Knesset est le parlement israélien, l’assemblée nationale constituée de 120 députés. Cette dernière détient le pouvoir législatif, clé de voute de la démocratie israélienne. Le nombre de 120 députés correspond au nombre de membres du Sanhédrin (siège décisionnaire sur les plans religieux et politique à l’époque du Second Temple). La Knesset n’a toutefois plus les mêmes prérogatives que le Sanhédrin en son temps.

Départ pour le Mont des Oliviers, d’où vous jouirez d’une vue panoramique imprenable sur la vieille ville de Jérusalem ; l’esplanade du Temple ; le « cercle des tombes » et de nombreuses églises qui perpétuent le souvenir des divers événements qui ont marqué la dernière semaine de Jésus avant la crucifixion et la résurrection. Si la ville a été le théâtre de ce qui est au cœur du message de l’Évangile, pourquoi tant d’autres, Juifs et musulmans, revendiquent-ils quelque part le même héritage ? Comme le prophète Zacharie l’évoquait, Jérusalem est devenue une pierre pesantepour toutes les nations…. Un sujet de contradiction et de dispute (Zacharie 12.3).

Continuation vers l’Église du Pater Noster (Matthieu 6.9-13 ; Luc 11.1-4) aussi appelée Éléona (du grec elaiōn « oliveraie »). Cette église est construite sur la Grotte dans laquelle, selon certaines traditions, Jésus aurait enseigné à ses apôtres le « Notre Père » (en latin Pater Noster). Les murs du monastère des Carmélites sont recouverts de mosaïques qui présentent le texte du « Pater » en 150 langues.

Cette prière fait en réalité, et aujourd’hui encore, partie du patrimoine traditionnel juif. Mais plus qu’une formule liturgique, cette prière amène l’homme, d’où qu’il soit, devant son Dieu et son créateur.

Descente à pied du Mt des Oliviers et continuation vers le « cercle des tombes ». Au temps du Christ, et aujourd’hui encore, le Mont des Oliviers est principalement occupé par le « cercle des tombes » – le plus grand et le plus ancien cimetière juif au monde. Pour beaucoup, en ce lieu commencera la résurrection des morts, lors du retour de Jésus le Messie.

De cette montagne Jésus accomplirait également une prophétie de Zacharie 14.4, apportant la rédemption finale de Jérusalem et l’établissement du règne messianique. Nous aurons aussi la possibilité de comprendre les modes d’enterrements dans l’antiquité et leur influence sur la culture et foi juive.

Visite de l’église du Dominus Flevit (Luc 19.41-44) où selon certaines traditions, le « Seigneur a pleuré » sur Jérusalem et son refus de le reconnaître. De là également, Jésus annonce la destruction de la ville et du Temple. Mais on oublie souvent le point final de la prophétie de Jésus :Car, je vous le dis, vous ne me verrez plus désormais, jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! (Matthieu 23.39).

Gethsémané – L’agonie de Jésus (Matthieu 26.36-47 ; Marc 14.32-52 ; Luc 22.39-54) Nous continuons à pied vers le Jardin de Gethsémané qui signifie en araméen « pressoir à huile ». Jésus passa dans cet endroit ses dernières heures avant son arrestation. La Basilique, le Jardin des Oliviers et la Grotte de Gethsémané, sont les lieux présumés de l’agonie de Jésus.

Nous irons, non loin de là, jusqu’au Jardin de la Tombe. Il est probable que la crucifixion a eu lieu à proximité de ce site. Le tombeau n’est pas lui-même connu, mais ne devait pas se situer très loin. 
Diner et nuit à Jérusalem
.

8e jour – jeudi 5 Novembre : RETOUR À PARIS : Transfert et assistance à l’aéroport de Tel Aviv Ben-Gourion. 

Certains soirs, il sera possible de rencontrer des Juifs messianiques et vivre l’entrée du Chabbat.

 Programme sujet à modifications – Voyage et séjour avec « LA TERRE PROMISE »

Prix par personne : 1695 € *

1775 € si inscription après le 15 avril 2020

* Incluant vols Paris/Tel-Aviv/Paris, bus, guide, visites des sites, hôtels 7 nuits en demi-pension. Supplément pour chambre single : 460 € par personne / Prix sur la base de 35 personnes minimum et du taux de change 1 € =1,15 $ (supplément possible en fonction de ces 2 critères). Possibilité de paiement en 6 fois sans frais (soit 282,50 euros par mois).

Accompagnement spirituel : Guy ATHIA – Directeur du Berger d’Israël

INFORMATIONSGUY ATHIA – LE BERGER D’ISRAEL  
2, rue des magasins – 67000 Strasbourg
Tél 06 87 19 17 73 – bergerdisrael@gmail.com

INSCRIPTION (voir bulletin) – LA TERRE PROMISE
105C Chemin de Ravel – Route de Rognes – 13510 EGUILLES

Tél 06 62 03 05 68 – info@laterrepromise.org