Publié le

Le Dieu Unique est-il « UN » ?

  1. Le Dieu unique :

N’avons-nous pas tous un seul père?  N’est-ce pas un seul Dieu qui nous a crées ?

De la première à la dernière page, la Bible proclame l’existence d’un seul Dieu. La religion biblique est donc foncièrement monothéiste. L’affirmation du Dieu unique est reprise sous diverses formes dans le Tanakh. (Livre de l’Ancienne Alliance).

Isaïe 44:6 : … En dehors de moi il n’y a point de Dieu (en hébreu : Elohim).

2 Rois 19:15 et Isaïe 37.16 : C’est toi qui es le seul Dieu (en hébreu : Elohim) pour tous les royaumes de la terre, c’est toi qui as fait les cieux et la terre.

L’enseignement biblique est donc parfaitement clair : il n’y a qu’un seul Dieu. Mais dans ces deux passages – et dans bien d’autres – qui professent l’exclusivité́ de Dieu, figure le mot hébreu « Elohim », pluriel d’Eloah = Dieu.

1.1. Que signifie le mot « Elohim » ?
Le mot « Elohim » figure aussi en tout début du livre de la Genèse : Genèse 1:1 : Au commencement Dieu créa… Traduction littérale : béréshit : au commencement – bara : créa (verbe au singulier) – Elohim : pluriel de Eloah (Dieu) = Dieux. Ce qui a intrigué les interprètes, c’est que le verbe est au singulier, avec un sujet au pluriel. On pensait qu’il s’agissait d’un « pluriel de majesté́ », et qui doit donc régir le singulier. Le pluriel de majesté est aussi invoqué lorsque l’Eternel utilise le pronom « nous » quand il délibère : Genèse 1:26 : Dieu dit: Faisons (naâssé) l’homme à notre image (bétsalménou) selon notre ressemblance. (kidmouténou)… Genèse 3:22 : L’Éternel Dieu dit: Maintenant que l’homme est devenu comme l’un de nous (miménou) pour la connaissance du bien et du mal, évitons (littéralement : que soit évité́) qu’il tende la main pour prendre aussi de l’arbre de vie, en manger et vivre éternellement. Genèse 11:7 : Allons! Descendons: et confondons (nérda vénavlah) là leur langage, afin qu’ils n’entendent plus le langage les uns des autres.

Isaïe 6:8 : J’entendis la voix du Seigneur, disant : Qui enverrai-je et qui marchera pour nous (lanou)?

Or, le « pluriel de majesté » est inconnu des auteurs du Tanakh (Ancien Testament). Ni Moïse, ni le pharaon, ni les prophètes, ni Néboukadnetsar, ni David, ni aucun autre chef religieux ou politique n’utilisent un « nous » « de majesté » à leur époque. De plus, si « Elohim » régit habituellement le singulier, il est des cas, où, tout en désignant indubitablement l’Eternel, il régit le pluriel. Genèse 20:13 : Lorsque Dieu m’a fait errer…
Traduction littérale : vaïehi : et il arrivakasher : quehiteòu : firent errer (pluriel !) – Elohim : les DieuxGenèse 35:7 : … car c’est là que Dieu s’était révélé à lui… Traduction littérale : ki : car sham : nigelou : révélèrent élaiv : à luiElohim : les Dieux : Deutéronome 4:7 : Quelle est, en effet, la grande nation qui ait des dieux aussi proches d’elle que l’Éternel, notre Dieu, (l’est de nous) toutes les fois que nous l’invoquons ? Traduction littérale des mots soulignés : ki YHVH : que l’Eternelelohénou : nos dieux.

Josué 24:19 : … L’Eternel, car c’est un Dieu saint, c’est un Dieu jaloux… Traduction littérale : YHVH : l’Eternelki : car Elohim : Les Dieuxqadoshim : saints (au pluriel !) – hou : luiEl : Dieuqana : jaloux (au singulier !) Exode 20:5 : … car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux… Traduction littérale : ki : caranoki : moiYHVH : l’Eternel élohé’ha : tes DieuxEl : Dieuqana : jaloux (singulier).

Genèse 33:20 : … El-Elohé-Israël Traduction littérale : El : DieuElohé : les Dieuxisraël : IsraëlDes pluriels « Dieux (Elohim) » apparaissent encore dans de nombreux passages. Exode 3.6 : Les Dieux d’Abraham (élohim avraham), les Dieux d’Isaac (élohim yitshak), les Dieux de Jacob (élohim yakov). Deutéronome 4.35 et 39 : pour reconnaître que l’Eternel, lui, est Dieux, qu’il n’y en a point d’autre que lui.

1 Rois 8.23 : l’Eternel, les Dieux d’Israël.

Psaume 50.1 : Dieu, les Dieux, l’Eternel.

Isaïe 43.3 : l’Eternel, vos Dieux, le Saint d’Israël.

Isaïe 45. 15 : les Dieux d’Israël, le sauveur.

Osée 13.4 : l’Eternel, vos Dieux.

2. Les Créateurs

Par la citation de Malachie 2.10, nous avons appris qu’un seul Dieu nous a créés. Cela est confirmé par la déclaration de l’Eternel en Isaïe 44.24 : « … Moi, l’Éternel, je fais toutes choses, seul je déploie les cieux, de moi-même j’étends la terre » Cependant, le Tanakh parle aussi de « créateurs » au pluriel.

Psaumes 149:2 : Qu’Israël se réjouisse en celui qui l’a fait! Traduction littérale : ishema`: qu’il se réjouisse – Israël : Israël – beòsaiv : les créateurs de toi.

Ecclésiaste 12:1 : Mais souviens-toi de ton créateur. Traduction littérale : ouzecor : souviens-toi – êt : particule de l’accusatif – boreéi’ha : les créateurs de toi. Le pluriel appliqué à Dieu et au Créateur plaide pour l’existence d’une pluri-personnalité au sein de l’unique divinité. De nombreux passages du Tanakh ne se comprennent qu’à la lumière de cette pluri personnalité. Examinons ces passages.

Genèse 18:1-3 : L’Éternel lui apparut aux chênes de Mamré, tandis qu’il était assis à l’entrée de sa tente, pendant la chaleur du jour / Il leva les yeux et regarda : trois hommes étaient debout près de lui. Quand il les vit, il courut à leur rencontre, depuis l’entrée de sa tente, se prosterna en terre / et dit: Seigneur, si je peux obtenir cette faveur de ta part… On trouve ici l’Eternel qui apparaît à Abraham, qui le voit comme trois hommes et il s’adresse à eux en les appelant : Seigneur. Genèse 19:24 : Alors l’Éternel fit pleuvoir du ciel sur Sodome et sur Gomorrhe du soufre et du feu venant de l’Éternel. Le contexte fait penser à deux personnes : un Eternel à face humaine qui parle à Lot et un Eternel au ciel.

Psaumes 45:8 : …C’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint d’une huile de joie, par privilège sur tes compagnons. Il y a deux personnes divines dans ce passage, de même qu’au psaume 110.1 ci-après.

Psaumes 110:1 : Oracle de l’Éternel à mon Seigneur…: Assieds-toi à ma droite, Jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied.

Isaïe 52:12 : Car l’Éternel va devant vous, et le Dieu d’Israël sera ton arrière-garde. Deux personnages encadrent l’armée d’Israël : par devant : l’Eternel, par derrière : les Dieux d’Israël. Certes, en raison de l’ubiquité de Dieu, deux personnages ne sont pas nécessaires pour encadrer Israël. Mais, si l’auteur sacré avait en vue l’ubiquité de Dieu, il aurait utilisé le même vocable pour l’avant-garde et pour l’arrière-garde, et non deux vocables différents.

Zacharie 2.8-10 : Car ainsi parle l’Éternel des armées : Après cela, (viendra) la gloire! Il m’a envoyé vers les nations qui vous ont pris comme butin…et vous reconnaîtrez que l’Éternel des armées m’a envoyé. Pousse des cris de triomphe et réjouis-toi, fille de Sion, car me voici! Je viens et je demeurerai au milieu de toi, – Oracle de l’Éternel. On trouve ici l’Eternel et son envoyé. Mais Au verset 10, l’envoyé proclame un oracle de l’Eternel !

Osée 1:6-7 : …Et l’Éternel dit à Osée / …Mais j’aurai compassion de la maison de Juda ; je les sauverai par l’Éternel, leur DieuIci, l’Eternel qui parle se distingue de l’Eternel qui sauve. Selon Malachie 2.10, placé en exergue, et selon Isaïe 44.24 cité plus haut, un seul Dieu nous a créés. Comment concilier ces déclarations avec les textes qui parlent de « créateurs » au pluriel? Combien de personnes ont participé à la Création? Selon Psaume 33:6 « Les cieux ont été faits par la parole de l’Éternel, et toute leur armée par le souffle de sa bouche ». La Parole de l’Eternel apparaît ici comme une personne créatrice.

Les expressions « Parole de l’Eternel » et « Parole de Dieu » se trouvent 222 fois dans le Tanah. Ces expressions désignent le plus souvent le son de la voix de l’Eternel. Et l’on trouve très souvent cette phrase : « La parole de Dieu advint à… ». Mais, lorsqu’elle advint à Abram, ce fut dans une vision.

Genèse 15:1-2 : Après ces événements, la parole de l’Éternel advint à Abram dans une vision disant : Sois sans crainte, Abram! Je suis moi-même ton bouclier, et ta récompense sera très grande. / Abram répondit: Seigneur Éternel, que me donneras-tu? Je m’en vais sans enfants, et l’héritier de ma maison, c’est Éliézer de Damas. Ici, il est dit que la Parole de l’Eternel advint à Abram dans une vision. Que vit-il? Peut-on voir dans une vision une parole? Notons que cette vision s’exprime en demandant à Abram d’être sans crainte et affirmant être son bouclier et sa récompense. Abram lui répond en l’appelant : Seigneur Eternel. Dans ce passage, nous trouvons, nous semble-t- il, une personnification de la Parole de l’Eternel.

Job 33:4 : L’Esprit de Dieu m’a formé, et le souffle du Tout-Puissant me fait vivre. La puissance créatrice de l’Esprit apparaît encore dans le texte ci-après : Ezéchiel 37:9 : … Tu diras à l’Esprit : Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Esprit, viens des quatre vents, souffle sur ces morts, et qu’ils revivent! On trouve 12 fois l’expression « Esprit de Dieu » et 22 fois l’expression « Esprit de l’Eternel » dans le Tanah. Celui-ci attribue à cet Esprit les caractéristiques d’une personne. En effet, cet Esprit peut, non seulement créer, comme nous l’avons vu plus haut (Job 33.4 ; Ezéchiel 37.9), mais aussi exercer les activités suivantes, qui sont celles d’une personne : – parler (2 Samuel 23.2) – transporter quelqu’un (1 Rois 18.12, 16; Ezéchiel 11.24), – saisir (2 Chroniques 20.14), agiter (Juges 13.15), – mettre en fuite (Isaïe 59.9), – s’emparer de quelqu’un (Juges 14.6 ; 14.19 ; 15.14, etc., 1 Samuel 11.6), – revêtir quelqu’un (2 Chroniques 24.20). – faire revivre (Ezéchiel 37.9) – conduire (Psaumes 143.10) – inspirer des paroles (Nombres 24.2-3) – il peut être attristé (Isaïe 63.10).

L’Esprit de l’Eternel est très souvent mis en relation avec le Messie promis. Isaïe 11:2 : L’Esprit de l’Éternel reposera sur lui : Esprit de sagesse et d’intelligence Esprit de conseil et de vaillance, Esprit de connaissance et de crainte de l’Éternel. Isaïe 42:1 : J’ai mis mon Esprit sur lui… Isaïe 48:16 : … Dès l’origine de ces choses, j’étais là. Et maintenant, le Seigneur, l’Éternel, m’a envoyé avec son Esprit. Isaïe 61:1 : L’Esprit du Seigneur, l’Éternel, est sur moi, car l’Éternel m’a donné l’onction… Le Dieu Créateur est appelé « Père » en Malachie 2.10. Il est appelé « Parole de l’Eternel » au Psaume 33.6 et Esprit de Dieu en Job 33.4. Il faut en conclure que la Création est l’oeuvre, à la fois du Père, de sa Parole et de l’Esprit. Le Dieu de la Bible, tout en étant unique, est composé de trois entités : le Père, sa Parole et l’Esprit. C’est cette union des trois personnes que l’on a appelé Trinité. On trouve d’ailleurs très souvent associés deux ou trois de ces personnes dans le Tanah.

1.3. L’Ange de l’Eternel

En Exode 33.20, l’Eternel dit à Moïse : « Tu ne pourras pas voir ma face, car l’homme ne peut me voir et vivre ». C’est la raison pour laquelle l’Eternel s’est manifesté sous les traits de l’Ange de l’Eternel. L’Ange de l’Eternel est mentionné 49 fois dans le Tanah. En premier lieu, il apparaît à Agar (Genèse 16.7-13).

Genèse 16:11, 13 : L’ange de l’Éternel lui dit : Te voici enceinte; tu vas accoucher d’un fils, à qui tu donneras le nom d’Ismaël ; car l’Éternel t’a entendue dans ton humiliation….// 13 Elle appela l’Éternel qui lui avait parlé, du nom de: Atta-El-Roï, car, dit-elle: Ai-je (rien) vu ici après qu’il m’a vue? Nous apprenons que l’Ange de l’Eternel a parlé à Agar, mais au verset 13, Agar « appela l’Éternel qui lui avait parlé, du nom de : Atta-El-Roï [le Dieu qui voit]… »

Nous retrouvons ensuite cet Ange de l’Eternel en compagnie d’Abraham : Genèse 22.11- 16 : Alors l’ange de l’Éternel l’appela du ciel et dit: Abraham! Abraham! Il répondit: Me voici! 12 L’ange dit: N’étends pas ta main sur le jeune homme et ne lui fais rien; car j’ai reconnu maintenant que tu crains Dieu et que tu ne m’as pas refusé ton fils, unique.13 Abraham leva les yeux et vit par derrière un bélier retenu dans un buisson par les cornes; alors Abraham alla prendre le bélier et l’offrit en holocauste à la place de son fils. 14 Abraham donna à cet endroit le nom de Adonaï-Yireéh. C’est pourquoi l’on dit aujourd’hui: Sur la montagne de l’Éternel, il sera pourvu. 15 L’ange de l’Éternel appela Abraham une seconde fois du ciel 16 et dit: Je le jure par moi-même, -oracle de l’Éternel! Parce que tu as fait cela, et que tu n’as pas refusé ton fils, ton unique, 17 je te comblerai de bénédictions et je multiplierai ta descendance, comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est au bord de la mer. Ta descendance aura le contrôle de ses ennemis.

Nous constatons, au verset 14, qu’Abraham donna à cet endroit un nom théophore : Adonaï-Yireéh. Et au verset 16, l’Ange de l’Eternel prononce un oracle de l’Eternel. Là encore, l’Ange de l’Eternel est identifié avec l’Eternel lui-même.

Exode 3:2-6 : L’Ange de l’Éternel  lui apparut dans une flamme de feu, au milieu d’un buisson. (Moïse) regarda, et voici que le buisson était tout en feu, mais que le buisson ne se consumait point. 3 Moïse dit: Je vais faire un détour pour voir quel est ce spectacle extraordinaire, et pourquoi le buisson ne brûle pas. 4 L’Éternel vit qu’il faisait un détour pour voir ; et Dieu (Elohim) l’appela de l’intérieur du buisson et dit: Moïse! Moïse! Il répondit: Me voici! 6 Et il ajouta: C’est moi le Dieu (les Dieux) de ton père, le Dieu (les Dieux) d’Abraham, le Dieu (les Dieux) d’Isaac et le Dieu (les Dieux) de Jacob. Moïse se cacha le visage, car il craignait de diriger ses regards vers Dieu (Elohim). Dans ce court texte, on rencontre les trois termes « Ange de l’Eternel », « Eternel » et « Elohim » et ces trois termes sont parfaitement synonymes.

D’ailleurs, comme l’Eternel, son Ange possède l’ubiquité. : « L’ange de l’Éternel campe autour de ceux qui le craignent, et il les délivre » (Psaumes 34:8). Israël l’invoque, au même titre que Dieu, afin qu’il bénisse sa descendance. « Que le Dieu (Elohim) qui est mon berger depuis que j’existe jusqu’à ce jour, que l’ange qui m’a racheté de tout mal bénisse (verbe au singulier) ces garçons!… » (Genèse 48:15-16). Cet ange peut pardonner les péchés (Exode 23.21).

Le « nom de l’Eternel » est en son ange (Exode 23.20-21). Zadoc Kahn traduit ce passage : « Ma divinité est en lui ». En effet, partout où réside son nom, l’Eternel est présent (Deutéronome 12.11 ; 2 Rois 23.27 ; 2 Chroniques 6.20 ; 7.16 ; 20.9 ; Esdras 6.12). L’ange de l’Eternel joua un grand rôle lors de l’Exode. Exode 13:21-22 : L’Éternel allait devant eux, le jour dans une colonne de nuée pour les guider sur le chemin et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer, afin qu’ils marchent jour et nuit. La colonne de nuée ne se retirait pas de devant le peuple pendant le jour, ni la colonne de feu pendant la nuit.

Exode 14:19 : L’Ange de Dieu qui allait devant le camp d’Israël, partit et alla derrière eux; et la colonne de nuée partit de devant eux et se tint derrière eux. Exode 14:24 Pendant la veille du matin, l’Éternel regarda de la colonne de feu et de nuée le camp des Égyptiens et mit en désordre le camp des Égyptiens. En comparant Exode 13.21 avec Exode 14.19, on découvre que les terme « Eternel » et « ange de l’Eternel » sont équivalents. Dans les passages suivants, l’Ange de l’Eternel est également assimilé à l’Eternel. Genèse 16.7 /16.13 / Genèse 18.2 / 18.13 / Genèse 31.11 / 31.13 / Genèse 48.16 / 48.15 Juges 6.12 /6.33 / Juges 13.13 /13.22 En Nombres 22 à 24, l’Ange de l’Eternel s’identifie non seulement avec l’Eternel, mais aussi avec l’Esprit de l’Eternel. Nombres 22:35 : L’ange de l’Éternel dit à Balaam: Va avec ces hommes; cependant tu ne feras que répéter les paroles que je te dirai….

Nombres 23:5 : L’Éternel mit une parole dans la bouche de Balaam et dit: Retourne vers Balaq, et tu parleras ainsi… Nombres 24:2-3 : Balaam leva les yeux et vit Israël campé selon ses tribus. Alors l’Esprit de Dieu fut sur lui. / Balaam prononça sa sentence et dit : Ici, celui qui inspire Balaam est donc à la fois l’Ange de l’Eternel (22.35), l’Eternel (23.5) et l’Esprit de l’Eternel (24.2). Ce texte décrit lui aussi le Dieu Trinitaire de la Bible.

1.4. La Sagesse personnifiée / le fils

Dans le livre des Proverbes apparaît la Sagesse personnifiée, qui est une autre représentation de l’Eternel. « La Sagesse crie dans les rues, elle élève sa voix dans les places ; … / Voici que je répandrai sur vous mon esprit (yxwr) (Proverbes 1:20, 23). La Sagesse s’exprime et dit qu’elle répandra son Esprit. Proverbes 8: 1, 22, 27, 30, 35 : La Sagesse ne crie-t-elle pas? L’intelligence n’élève-t-elle pas sa voix? 22 L’Éternel me possédait au commencement de son activité, avant ses oeuvres les plus anciennes. 27 Lorsqu’il disposa les cieux, j’étais là ; lorsqu’il traça un cercle à la surface de l’abîme. 30 J’étais à l’oeuvre auprès de lui, et je faisais de jour en jour ses délices, jouant devant lui tout le temps. 35 Car celui qui me trouve a trouvé la vie et obtient la faveur de l’Éternel. La Sagesse était le vis-à-vis du Créateur dès l’origine. Le livre des Proverbes associe aussi au Créateur un fils. Proverbes 30:4 : Qui est monté au ciel, et qui en est descendu? Qui a recueilli le vent dans ses poings? Qui a serré les eaux dans un vêtement? Qui a établi toutes les extrémités de la terre? Quel est son nom, et quel est le nom de son fils, si tu le sais?

Un fils est également mentionné au Psaume 2 : Verset 7 : « Je publierai le décret de l’Éternel; Il m’a dit : tu es mon fils ! C’est moi qui t’ai engendré aujourd’hui. Verset 12 : Embrassez le fils, de peur qu’il ne se mette en colère, et que vous ne périssiez dans votre voie, Car sa colère est prompte à s’enflammer. Heureux tous ceux qui se réfugient en lui! ».

Ce Fils fait inévitablement penser à celui dont la naissance est annoncée par Isaïe. »Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la souveraineté (reposera) sur son épaule; on l’appellera l’Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix » (Isaïe 9.5). Ce Fils est porte les noms divins suivants : Admirable : Ce nom évoque l’adjectif que l’Ange de l’Eternel dévoila à Manoah. « Alors Manoah dit à l’Ange de l’Éternel : Quel est ton nom, afin que nous te rendions gloire, quand ta parole s’accomplira? / L’Ange de l’Éternel lui répondit : Pourquoi demandes-tu mon nom? Il est admirable (Juges 13:17 -18). Dieu puissant : C’est le titre donné à l’Eternel en Isaïe 10.20-21 : « … Ils s’appuieront avec confiance sur l’Éternel, le Saint d’Israël. / Un reste reviendra, le reste de Jacob, au Dieu puissant. Père éternel : l’Eternité est un attribut divin.

Il est aussi question de ce fils en Isaïe 7.14: « C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, voici que la jeune fille (la vierge) sera enceinte, elle enfantera un fils et lui donnera le nom d’Emmanuel (Dieu avec nous) ».Ce fils porte un nom théophore. Père, Elohim, Eternel, Esprit, Parole, Sagesse personnifiée, Ange de l’Eternel, Fils sont des titres divins incontestables. Ils plaident pour la pluri personnalité du Dieu unique. Nous avons déjà vu que la création est attribuée au Père, à la Parole, au Saint-Esprit, c’est- à- dire au Dieu trinitaire. Nous avons retrouvé la Trinité dans les textes messianiques d’Isaïe. En Nombres, chapitres 22 à 24, l’inspirateur de Balaam est le Dieu trinitaire. On rencontre le Dieu trinitaire aussi dans ce passage sotériologique d’Isaïe :

« Il (l’Eternel) avait dit: Certainement ils sont mon peuple, des fils sans fausseté! Et il a été pour eux un sauveur. / Dans toutes leurs détresses – qui étaient pour lui (aussi) une détresse – l’ange qui est devant sa face les a sauvés dans son amour et sa miséricorde, il les a lui-même rachetés, il les a soutenus et portés, tous les jours d’autrefois. / Mais ils ont été rebelles, ils ont attristé son Esprit-Saint…. »(Isaïe 63.8-10).

2. Le Dieu « un »

La Trinité ne s’oppose-t-elle pas à l’unité de Dieu, proclamée en Deutéronome 6.4 ? Deutéronome 6:4 : Écoute, Israël! L’Éternel, notre Dieu, l’Éternel est un. La traduction littérale de ce texte est : shema` : écoute – israël : israël – YHVH : l’Eternel – elohénou : nos dieux YHVH : l’Eternel – éhad : un

L’adjectif « éhad » signifie « un, unifiant » dans une unité composée et n’a pas la signification de « unique ».

On rencontre cet adjectif « éhad » dans les passages suivants : Genèse 1.5 : jour « un »(constitué d’un soir et d’un matin) Genèse 2.24 : l’homme et la femme formant « une » chair Genèse 11.1 : « une » seule langue (parlée par beaucoup) Juges 6.16 : comme « un » seul homme (ils étaient plusieurs)

1 Samuel 11.7 : comme « un » seul homme (tout le peuple)

Esdras 3.1 : comme « un » seul homme (le peuple)

Jérémie 32.39 : « un » même coeur, « une » même voix (donnés au peuple)

Ezéchiel 37.17 : « une » seule pièce (formée de deux pièces unies)

L’adjectif « éhad » traduit donc l’unité, l’union et non le caractère unique ou unicité. Pour exprimer l’unicité, l’isolement, la solitude, l’hébreu utilise l’adjectif « iahid« .

Cet adjectif est utilisé, en particulier, pour désigner « un » fils ou « un » enfant unique : Genèse 22.2, 22.16, Juges 11.34, Proverbes 4.3, Jérémie 6.26, Amos 8.10, Zacharie 12.10. Il est aussi utilisé pour désigner l’ »unique » âme (Psaume 20.21; 35.17) ou l’état « solitaire » ou « abandonné » (Psaumes 25.16 ; 68.7). Il n’est jamais utilisé pour désigner la nature divine.

Par contre, l’adjectif « éhad » seul est même utilisé pour désigner le Créateur : « Celui qui m’a formé dans le ventre de ma mère ne les a-t-il pas formés aussi? Un seul ne nous a-t- il pas placés dans le sein maternel? » (Job 31:15).

Les dialogues mentionnés plus haut montrent clairement qu’une des caractéristiques de Dieu est son caractère communicatif. Il est aussi décrit comme étant le Dieu d’amour (Isaïe 54.8 ; Jérémie 31.3). Il est donc nécessaire que Dieu ait un vis-à-vis à aimer et avec qui communiquer. Sans vis-à-vis, Dieu serait incapable d’exercer ses attributs de communication et d’amour: il lui manquerait donc quelque chose et ne serait alors pas Dieu. Le vis-à-vis de Dieu Père, doit être éternel comme lui-même. De ce fait, il possède la nature divine. La Bible l’appelle « Fils »(Proverbes 30.4) pour souligner sa consubstantialité avec le Père. (Ici, il faut simplement rappeler que le Père n’est pas antérieur au Fils. On n’est Père que s’il y a un Fils : Père et Fils sont donc synchrones). Le lien d’amour qui unit le Père au Fils est aussi divin et éternel que le Père et le Fils, c’est le Saint-Esprit.

3. Conclusion

Le terme de Trinité n’a été utilisé pour la première fois que vers 180 par Ignace d’Antioche et la doctrine trinitaire a été formulée par les Conciles de Nicée (325) et de Constantinople (381). Mais bien avant, le Tanah a fait connaître le Dieu unique comme le Dieu trinitaire ; les trois personnes sont en parfaite communion, parfaitement unie entre elle. Le Dieu unique de la Bible est « un »!

Robert SCHROEDER