17 – Prophétie messianique Exode (Partie 3)

Sans sacrifice pascal, il n’y aurait pas eu de sortie d’Égypte et pas de suite dans le désert ou vers le pays de Canaan. Par ailleurs, cet agneau, dont le sang devait être versé sur les linteaux des portes et dont aucun os ne devait être brisé, était un puissant symbole prophétique annonçant l’œuvre de rédemption de Dieu en faveur de son peuple.

Bien évidemment, ce n’est pas l’agneau en lui-même, sacrifié chaque année, qui pouvait accomplir la rédemption parfaite dont avait besoin le peuple. Le fait même de devoir répéter le sacrifice chaque année montrait bien les limites de la démarche.

Le sang répandu de l’agneau constitue toutefois le signe incontournable par lequel les générations successives d’israélites devaient apprendre et comprendre que la rédemption, le rachat de leur âme passait par le sang versé.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ATHIA Guy

Directeur des publications du Berger d’Israël.

Vice-président de Beit Sar Shalom.

Conférencier et enseignant.

Les articles les + lus