La « vache rousse » : la para adouma.

Le texte qui nous occupe aujourd’hui est l’un des plus énigmatiques de toute la Torah. Il est ce que l’on appelle communément une loi dont le sens n’est pas clairement donné dans son énoncé. Cette loi est cependant riche de mots clés susceptibles de nous donner un éclairage sur le sens symbolique et surtout prophétique et même messianique de cette ‘houqat unique.

Cela étant, le caractère énigmatique de cette sidra a conduit certains sages juifs à pousser à ne pas étudier et ne pas rechercher d’explication à cette histoire de vache rousse.

Le Rav. Yohanan Ben Zacaï, dans un midrash, indique que selon lui, Salomon connaissait tous les secrets de la Torah, SAUF celui de la vache rousse.

Serait-ce de l’orgueil et de la présomption que de rechercher nous-mêmes ce que le roi Salomon n’aurait pas découvert ?… Bien plus, rechercher le sens prophétique de ce passage énigmatique ?

Il sonne comme une évidence que Dieu parle au travers des Écritures et veut révéler une intention particulière, celle de faire connaitre son Machiah’, son profil, sa mission et jusqu’à sa personnalité.

La Torah, dès les premiers versets de la Bible, laisse entrevoir la venue d’un Messie rédempteur qui viendrait répondre au douloureux problème engendré par le péché du premier couple humain.

Au fil de la révélation biblique, les traits du Machia’h se dessinent peu à peu et il convient, chaque fois que l’occasion se présente, de scruter le texte pour comprendre si Dieu n’a pas là une intention cachée pour nous faire connaitre un peu plus le profil du Messie sauveur.

Outre attiser notre curiosité, cette histoire de « vache rousse » a-t-elle encore un intérêt pour nous au 21ème siècle ?… C’est ce que nous verrons ensemble.

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ATHIA Guy

Directeur des publications du Berger d’Israël.

Vice-président de Beit Sar Shalom.

Conférencier et enseignant.

Les articles les + lus