01 – Introduction aux prophéties messianiques

Introduction :

Il en est beaucoup parmi nos contemporains qui lisent la Bible comme s’il s’agissait d’un livre d’histoires, de récits anciens chargés de morale, d’éthique ou encore d’un code de lois pour bien se comporter devant Dieu et devant les hommes.

Or, pour le croyant, chrétien comme juif, la Bible est bien plus que cela et sa lecture doit comporter une recherche constante de l’intention de Dieu, des premiers versets de la Genèse aux derniers du dernier des prophètes.

Dans l’Evangile de Luc, au chapitre 18 et aux versets 31 à 34, nous lisons ceci :

3Yéchoua’ (Jésus) prit les douze (talmidim, disciples) auprès de lui, et leur dit: Voici, nous montons à Jérusalem, et tout ce qui a été écrit par les prophètes au sujet du Fils de l’homme s’accomplira. 32Car il sera livré aux païens; on se moquera de lui, on l’outragera, on crachera sur lui, 33et, après l’avoir battu de verges, on le fera mourir; et le troisième jour il ressuscitera. 34Mais ils ne comprirent rien à cela; c’était pour eux un langage caché, des paroles dont ils ne saisissaient pas le sens.

Dans un autre Évangile, celui de Jean, le même constat est fait, mais par la foule elle-même dans sa réponse à Yéchoua’ : Au chapitre 12, versets 31 et suivants :

31Maintenant a lieu le jugement de ce monde; maintenant le prince de ce monde sera jeté dehors. 32Et moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi. 33En parlant ainsi, il indiquait de quelle mort il devait mourir. —  34La foule lui répondit: Nous avons appris par la loi que le Messie demeure éternellement; comment donc dis-tu: Il faut que le Fils de l’homme soit élevé? Qui est ce Fils de l’homme?

Étrange réponse de la foule qui affirme rien de moins que le Messie annoncé par la Loi, et dont ils attendent la venue, demeure éternellement. D’un côté, ils savent quelque chose d’extrêmement important sur le Messie ; de l’autre, ils ignorent qui il est et questionnent Yéchoua’ à ce sujet.

Qu’apprenons-nous d’autre de ces quelques versets ?…

  1. Premièrement : Le Fils de l’Homme, c’est à dire dans ce langage, le Messie lui-même, doit être livré, souffrir jusqu’à mourir et ressusciter au terme de trois jours. Dans la perspective chrétienne, ces affirmations sont des points clés fondamentaux pour comprendre le Salut et reconnaitre le Messie. Pour la plupart, hier et aujourd’hui encore, ces affirmations restent une énigme, un sujet tabou, inacceptable même.
  2. Deuxièmement : Les disciples de Yéchoua’, qui sont des Juifs qui accompagnent Yéchoua’ et suivent son enseignement depuis longtemps, ne comprennent pas ces paroles, pourtant essentielles dans la mission messianique de Yéchoua’. Il est même précisé que ce langage leur était caché, du moins à ce stade là.
  3. Enfin, troisièmement, la venue du Fils de l’Homme, du Messie sauveur, sa mission, sa vie et sa mort et jusqu’à sa résurrection doivent s’accomplir selon ce qui a été annoncé par les Ecritures, la Torah et les prophètes depuis des siècles. J’allais dire depuis le premier commencement.

S’il y a une intention divine qui transcende toute la Torah, de la Genèse au dernier des prophètes avant la venue du Messie, c’est bien de révéler la manière dont Dieu avait prévu de sauver l’humanité et de préparer le chemin pour l’avènement de son Messie.

C’est pourquoi, il convient de scruter toutes les Ecritures afin de discerner le profil de ce Messie venant de Dieu, sachant bien que l’Adversaire de nos âmes fera tout pour nous masquer, et même déformer, les traits de celui que Dieu a envoyé pour nous sauver.

L’évangéliste Jean conclut son Évangile en soulignant l’importance de l’Écriture et de fonder sa foi sur la solidité des promesses divines qui se sont accomplies ou qui s’accomplissent dans le temps présent. Sa conclusion révèle son intention qui est également la vocation de toute l’Écriture. Voyons plutôt.

Jean 20

28Thomas lui répondit: Mon Seigneur et mon Dieu! Yéchoua’ lui dit:  29Parce que tu m’as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru! 30Yéchoua’ a fait encore, en présence de ses disciples, beaucoup d’autres miracles, qui ne sont pas écrits dans ce livre. 31Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Yéchoua’ est le Messie, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom.

Le récit biblique débute à l’aube de l’humanité et c’est dès les premières pages de la Torah que Dieu sème les premières miettes qui doivent nous aider à cheminer pour aboutir à découvrir le profil du Messie.

Le Chrétien sera peut-être tenté de réunir les pièces du « puzzle » avec en mémoire ce qu’il sait de l’Évangile ou de la doctrine plus ou moins déformante qu’il a apprise. Le Juif, plus ou moins imprégné de Torah lue et relue ou encore simplement guidé par ses racines, sera peut-être dans l’expectative, curieux autant que craintif de ce qu’il pourrait découvrir. D’autres enfin commencerons sans à priori, sinon ceux des préjugés les plus courants véhiculés par notre monde contemporains.

Quoi qu’il en soit, que la lecture des textes de la Torah et des prophètes, nous conduise en toute honnêteté à découvrir l’intention de Dieu au sujet de son Messie. Puisse son Esprit, son Rouah Hakodech, nous guider pas à pas, non seulement comme par des miettes disséminées ici et là, mais en nous nourrissant de celles-ci pour nous ouvrir les yeux.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ATHIA Guy

Directeur des publications du Berger d’Israël.

Vice-président de Beit Sar Shalom.

Conférencier et enseignant.

Les articles les + lus